Mon père s’appelle Houellebecq, un roman qui respire l’optimisme !

Un roman à la fois « feel good » et chronique des années 1990. Un plaidoyer pour la liberté personnelle, la difficulté de parcours au féminin, la quête de sa propre identité en tant que femme, en s’affranchissant des conventions sociales et des codes dictant la relation homme-femme. Un thème toujours d’actualité.

Résumé

Camille, trente ans, quitte son mari après une altercation violente, son petit garçon sous le bras. Entre un ex ombrageux qui n’admet pas sa défaite et une mère impitoyable, Camille, journaliste, tente de se reconstruire à Paris. Entre déconvenues amoureuses et petits bonheurs, Camille gagne peu à peu sa liberté, celle d’être elle-même.

Ce premier roman explore les relations homme-femme, mère-fille à travers le regard lucide porté par une trentenaire bien décidée à comprendre les rouages de l’amour et de la vie. Au fil de ses rencontres, elle croise Michel Houellebecq le temps d’un échange de points de vue sur cette époque, les nineties, période charnière de bouleversement socio-économique. Au cours d’un voyage initiatique en Indonésie, elle prend conscience de la richesse de la relation à l’autre et de ses propres ressources. Un roman qui respire l’optimisme !

Ed. EdiLivre

En version numérique, 4,99 € ; broché, 13,50 €, 116 p.

https://www.edilivre.com/mon-pere-s-appelle-houellebecq-patricia-labiano.html

Les conseils post-confinement

Le confinement peut être considéré comme une expérience riche d’enseignement. Il nous a conduit à de nouvelles habitudes. Certaines positives comme :

. Réinvestir la sphère intime, cultiver l’introspection, renouer avec une intériorité où puiser de nouvelles ressources.

. Redécouvrir son intérieur aussi dans la maison, repenser la déco, passer du temps à cuisiner…

Après le confinement, il va falloir vivre avec de nouvelles habitudes comme le port du masque, prêter attention à son comportement, en laisser d’autres (ne pas préserver ses congénères !).

Dans les faits, le confinement a un coût énergétique à ne pas négliger : une fatigue psychologique subsiste. Parfois, une angoisse sourde. Elle peut se traduire par une fatigue physique inexpliquée. Ne pas prendre en compte le choc post-traumatique du Covid serait une erreur. Il laisse des traces au niveau de l’esprit et du corps, de l’être tout entier. Raison de plus pour se ménager.

Une hygiène de vie est indispensable pour s’adapter aux conditions de déplacement géographique et de travail imposées ; en particulier, s’oxygéner dans la nature, dans la mesure du possible, faire au minimum vingt minutes par jour d’exercice physique, et renouer avec une alimentation mesurée.

. Adopter une alimentation équilibrée.

57% des Français se plaindraient d’avoir pris 2,5 kg pendant le confinement (source : Ifop).

Se mitonner de bons petits plats est un réconfort certain. Lorsque la balance affiche une prise de poids, il est nécessaire de retrouver le chemin des repas allégés, stopper le grignotage… sans pour autant s’affamer. La diététique chinoise recèle des trésors de remèdes pour garder la ligne, être en forme, sans renoncer aux plaisirs des papilles, gustatifs.

Notre premier médicament se trouve dans notre assiette. Pour renouer avec l’énergie dispersée pendant le confinement, il est impératif de trouver dans les aliments consommés suffisamment de minéraux, vitamines pour ne pas être fatigué et se constituer de bonnes défenses immunitaires. Consommez des fruits et légumes de saison.

Une consultation de rééquilibrage énergétique après-Covid s’impose. N’hésitez pas à consulter votre thérapeute en médecine chinoise. Il sera de bon conseil pour retrouver la silhouette idéale et une forme éclatante.

A lire : « Manuel de survie en temps de pandémie », des recettes issues de la pratique millénaire de la médecine chinoise pour garder le cap d’une bonne santé !

Guide pratique pour faire face aux situations difficiles : recettes issues de la diététique chinoise, exercices de Qi gong, méditation, auto-hypnose. Disponible en version reliée chez Amazon, 173 P. 5,99 €.

L’ENERGIE DU PRINTEMPS

Dans la théorie des cinq éléments, le printemps correspond à l’organe Foie et au Bois.

Son mouvement est ascendant, expansif… Comme les branches de l’arbre qui se tendent vers le Ciel. La sève de l’arbre nourrit les feuilles comme le sang, aspect Yin du F, nourrit l’homme (le Foie stocke le sang). Un bois trop sec casse, un bois trop humide gonfle et se déforme… Veillons, grâce à la médecine chinoise, à équilibrer notre énergie et à bien nourrir notre sang.

Le Vent correspond au Foie. Les yeux, la vue lui sont rattachés.

Ses émotions positives sont la créativité, le désir d’avancer, d’évoluer avec audace, la joie de vivre, l’ouverture aux autres aussi, l’élan vers le monde et la vie…

Ses émotions négatives sont la colère, l’impatience, l’impulsivité, la dépression, la stagnation…

Au printemps, l’énergie croît progressivement. Il faut accompagner ce mouvement. En matière d’alimentation, favorisez la saveur douce, tonifiante ; évitez le piquant qui disperse l’énergie.

LING SHU, CHAP. 8 : « LA FONCTION DU FOIE EST DE REGENERER LE SANG ET DE REGLER LA QUANTITE DE CELUI-CI. »

Le Foie assure la libre circulation du Sang et du Qi, comprenant les sentiments.

Les cinq passions de base sont :

La colère : Nu, est en relation avec le foie Gan

La joie : Xi, a un rapport d’influence avec le cœur, Xin

Le souci : Si, en lien avec la rate, Pi

La tristesse : Bei, correspond aux poumons, Fei.

Les cinq passions pouvant évoluer en sept états pathologiques.

En pratique, la vie émotionnelle n’est qu’une succession des uns et des autres.

La colère Nu

La colère fait monter le Qi.

Emanation de l’énergie vitale dans sa forme combative, la juste colère prend ses racines dans le coeur et le foie. Elle exprime la désapprobation du sujet pour un fait, un acte, une parole etc. dont il suppose une injustice à son égard ou à l’égard d’autrui. Cette forme de colère est normale, physiologique, nécessaire même lorsqu’elle est judicieuse, bien vécue et bien contrôlée, lorsqu’elle ne devient pas une façon systématique de réagir.

Elle nourrit le Qi du foie qui lui-même favorise les multiples fonctions de cet organe.

Et puis il y a les formes pathologiques de colère :

La colère inopportune, celle qui provoque des remords, un sentiment morbide de culpabilité. Celle-là est nocive et peut engendrer de l’angoisse. Elle blesse le Qi du foie et le Qi du Coeur.

La colère excessive, accompagnée parfois de violences verbales et de gestes violents et qui, même si elle est née sur un motif légitime, peut devenir une colère dangereuse pour l’individu et pour autrui. Ce type de colère affecte l’essence rénale, bloque le Qi du foie, noue le Qi de la Rate, et affaiblit le Qi des Poumons et du Coeur.

– La colère excessive issue de motifs non légitimes dont l’individu se sert pour justifier un comportement dominant engendre un épuisement du yin des reins, du Foie et du Coeur, pouvant se cumuler avec les effets du précédent cas.

La colère pathologique engendre des effets immédiats sur l’organisme. Le mouvement ascendant du Foie est de type Vent, dont les caractéristiques sont : apparition brutale, inconstance, déroulement imprévisible, pouvoir déstructurant, désorganisant et dispersant. La colère excessive, pathologique, lèse le Qi du foie, fait monter de façon anormale le Yang du Foie et accroît le vent interne.

Le Yang Qi ainsi produit, hyperactif, produit le vent qui alimente le Feu.

Le vent désorganise, déstructure, le Feu détruit, consomme, provoque la stagnation par évaporation, puis le blocage.

Les effets d’une colère pathologique sur le corps sont :

. Troubles de la libre circulation de l’énergie de l’organisme car c’est le Foie qui doit normalement assurer la fluidité du débit de Qi produit initialement par la Rate : fatigue, hépatite, crampes, etc.

. Troubles de la régulation et de la qualité du sang car le Foie est un organe qui stocke le sang lorsque le corps est au repos, le filtre, régule le débit en fonction des besoins ponctuels de l’organisme : anémie, vide de sang, crampes, vertiges, hypotension ou hypertension, maladies du sang Fragilité et douleurs des tendons et des ligaments douleurs tendineuses et ligamentaires, Troubles oculaires troubles menstruels, troubles sexuels ou de la reproduction

. Troubles digestifs, vomissements ou diarrhées Troubles de la sécrétion biliaire : dysphagie, colites, accumulation d’aliments mal digérés, Troubles du rythme cardiaque, accidents cardio – vasculaires Respiratoires Asthme, Céphalées, gorge nouée (syndrome du noyau de prune), troubles thyroïdiens, éruptions cutanées, vertiges, insomnie abattement. Difficultés de concentration, pathologies du sein et de l’utérus Cancers, psoriasis, accidents vasculaires cérébraux, hypertension sévère, maladie de Parkinson, épilepsie.

Déséquilibres du Foie, comment les réguler par le massage Tuina, l’acupuncture, la phytothérapie chinoise, le Qi gong ?

  • 1. Vide de sang du Foie > nourrir le sang du Foie
  • 2. Stagnation du Qi du F > faire circuler le Qi du Foie
  • 3. Montée de Yang du Foie > soumettre le Yang du Foie
  • 4. Feu du Foie > principe de traitement = éteindre le Feu du Foie
  •  

Recette du printemps

. Faites infuser du thé vert, quelques chrysanthèmes séchés et des baies de goji pour lutter contre les allergies saisonnières, le « rhume des foins », éclaircir les yeux rougis ou fatigués, éviter l’hypertension.

Agenda :

Cours de Qi Gong et Taiji Quan à Montmagny (Val d’Oise), pôle Pergame, le mardi matin. Ouvert à tous. COURS EN VISIO si nécessaire. Me contacter.

Stage à Léon dans les Landes, Taiji Quan et Méditation les 29 et 30 mai 2021. De 10h15 à 12h30 et de 16h15 à 18h.

P. 06 81 52 17 61

Au programme :

Bases du Qi Gong et du Tai Chi – Mouvements de base du Qi Gong – Méditation

Principes de Base du Tai Chi. – Apprentissage de la Grande Forme Yang.

Patricia Labiano, Paris 11 et Bayonne (64), espaces dédiés au bien-être, à la médecine traditionnelle chinoise, au Qi gong/Taiji quan et à l’hypnose ericksonnienne. Sur rendez-vous.

.

Qui suis-je ?

29 août 2012 in Ce qu’il faut savoir | 1 commentaire (Edit)

Photo Shanghaï : Madeleine Cambounet

Biographie

Ancienne élève de la YMAA (Yang Martial Art Association) fondée par le Dr Yang Jwing Ming, connu pour ses nombreux ouvrages sur l’énergie, le Qi Gong, le Taiji Quan et le Kung Fu traditionnel, je pratique les arts martiaux chinois internes et externes depuis quinze ans. J’ai suivi une formation complète dispensée en France par Victor Marques, directeur de la YMAA France et effectué des stages avec le Dr Yang Jwing Ming et dans le cadre de la Ymaa Portugal.

Je pratique toujours le Taiji Quan, notamment avec Pascal Plée (Académie Pascal Plée, Paris Vème).

Je pratique principalement les arts internes : Taiji quan (séquence, poussées de mains – Tui Shou), applications martiales (San Shou), maniement de la sphère (Qiu), et les arts énergétiques (Qi Gong) mais je me suis formée également en Kung Fu (style Long Poing – Chang Quan – et Grue Blanche – Bai He Quan) et au maniement des armes : bâton long (Gun), épée lame droite (Jian) et sabre (Dao). J’ai été pendant trois ans, de 2008 à 2011, responsable de plusieurs créneaux horaires au sein de l’école YMAA Paris en Qi Gong et Taiji Quan dont un cours de Taiji pour enfant (à partir de 4 ans) pour lequel j’ai développé une pédagogie spécifique et mis en place un cours interactif parent-enfant.

J’ai animé plusieurs cours de Qi Gong et Taiji Quan à l’Aamtc (Académie des arts martiaux traditionnels chinois), 66 rue Pelleport, Paris 20ème en 2011-2012.

Je donne actuellement des cours, à la demande, 112-114 rue Saint Maur, 75 011 PARIS.

J’anime également des stages de Qi gong et Taiji Quan dans les Landes et au Maroc afin de favoriser la pratique, dans un environnement naturel, et l’immersion dans la culture locale et le partage culturel et sportif avec la population (hébergement chez l’habitant, ouverture du stage aux résidents locaux).

J’ai créé en 2013 l’Association Pour les Arts Martiaux Chinois (APAMC) afin de transmettre les arts traditionnels chinois à différents publics, en lien avec les principes de la médecine traditionnelle chinoise.

Titulaire du Certificat de qualification professionnelle (CQP), diplôme d’Etat reconnu par le Ministère de la Jeunesse et des Sports, je suis animateur sportif en Qi Gong et Taiji Quan, affilié en tant que cadre technique à la Fédération Sport Pour Tous (EPMM) dont je véhicule les valeurs.

Titulaire d’un diplôme en acupuncture, médecine manuelle (ostéopathie chinoise) et en pharmacopée délivré par l’IMTC (Institut de médecine traditionnelle chinoise), j’ai suivi un cursus de cinq ans à l’IMTC, école dont le diplôme est validé par l’Université de Shanghaï, puis des spécialisations dans différents domaines de la médecine chinoise (ostéopathie et phytothérapie chinoise).

Je suis enseignante à l’IMTC.

J’ai suivi des stages dans différents hôpitaux et des cours à l’université de Shanghaï en août 2012 (formation « Type 4 », acupuncture et médecine manuelle) et en octobre 2014 (formation « Type 5 », pharmacopée et médecine manuelle), afin d’obtenir ce diplôme certifié par l’université de Shanghaï.

.J’ai reçu une formation en deux ans en Anatomie Physiologie (APSO) organisée par l’UFPMTC, afin d’obtenir les connaissances médicales de base. Cette formation prépare au diplôme national de médecine traditionnelle chinoise mis en place, en vue de la reconnaissance de la profession, pour distinguer les professionnels qualifiés ayant été solidement formés.

J’ai suivi un cursus en pédiatrie sino-japonaise (CFTMC).

J’ai reçu l’enseignement de Christophe Andreau en sinoncologie (cursus de trois ans portant sur l’étiologie et les principes de traitement en acupuncture et pharmacopée des différents cancers).

Je suis également Maître praticien en Hypnose ericksonnienne (certification BEE Institut).

Je reçois sur rendez-vous en consultation de médecine chinoise (bilan énergétique, acupuncture, auriculothérapie, ostéopathie chinoise, massage Tui Na, phytothérapie, diététique chinoise, amincissement, lifting naturel, Qi Gong) 112-114 rue Saint-Maur, Paris 11. Je propose également des séances d’hypnose en cabinet ou à distance.

Je suis membre du Siattec (Syndicat indépendant des Acupuncteurs Traditionnels et des Thérapeutes en Énergétique Chinoise).

Je suis l‘auteur de guides pratiques dont « La psychologie de l’Etudiante » (Ed. L’Etudiant, http://www.letudiant.fr/trendy/bien-etre/), manuel de bien-être à l’usage des jeunes femmes et « Comment j’ai survécu à la peste et au choléra », manuel de survie en temps de pandémie, basé sur les bonnes pratiques énergétiques chinoises et mon expérience en développement personnel.

Je suis joignable au :

P. 06 81 52 17 61

E.mail : patricia.labiano@gmail.com

Le massage énergétique traditionnel chinois ou Tui Na

29 novembre 2011 in Ce qu’il faut savoir | Laisser un commentaire (Edit)

La Médecine Traditionnelle Chinoise fait appel à plusieurs pratiques :

Le Massage Tui Na permet de dissiper les blocages énergétiques dans le corps, détendre les zones musculaires tendues, il relaxe… Le praticien en médecine chinoise suit le trajet des méridiens (rivières d’énergie) ou insiste sur certains points d’acupuncture.

La pratique du Taiji quan en occident

29 novembre 2011 in Ce qu’il faut savoir | 1 commentaire (Edit)

Le Taiji quan ou Tai chi chuan a fait une percée en occident ces vingt dernières années. Pratique de santé, cet art martial chinois s’est bâti une réputation à partir des séquences de mouvements lents pratiquées dans les parcs. Ses applications martiales, à partir de chaque mouvement de la forme, qui en font un art martial à part entière, sont beaucoup moins connues.

Articles récents

Archives

Catégories

Méta

Liens

Blogroll

Articles et pages les plus consultés

Aucun article à afficher. Souhaitez-vous plus de trafic ?

Lorsque l’hypnose thérapeutique rencontre la médecine chinoise, cela produit des résultats étonnants.

Qu’est-ce que l’hypnose ?

Il existe différentes formes d’hypnose. Le point commun entre les approches diverses proposées : contacter un état entre veille et sommeil (en grec « Hupnos » veut dire « sommeil »). Plus précisément, un état modifié de conscience offrant un accès aux informations délivrées par l’inconscient. La rêverie ou rêve éveillé en est une forme naturelle. Au-delà de l’hypnose de spectacle qui se caractérise par une position directive, « haute » de l’intervenant, l’hypnose ericksonnienne est basée sur le libre-arbitre du sujet, sur son souhait de faire émerger des solutions en étant acteur de son propre changement. L’hypnose permet de suspendre momentanément l’activité consciente par des suggestions verbales afin de laisser davantage d’espace à l’inconscient, considéré comme un réservoir de ressources. Dans le cadre de cette approche psychologique et de développement personnel, l’hypnothérapeute est là pour faciliter cette évolution. Il est « aidant » et tisse, pour cela, une relation privilégiée d’inconscient à inconscient avec le sujet.  Celui-ci reste libre de parler, de bouger, conscient de l’endroit où il se trouve et avec qui. Il peut mettre un terme à tout moment à la séance.

Pour quels problèmes ?

Toutes sortes de problématiques, à l’exclusion des maladies psychiques, de crise aigüe dans le cas de quelques pathologies graves et de certaines fragilités momentanées. L’hypnose peut répondre à un blocage, un conflit interne posant problème dans la vie courante ou dans un domaine particulier, et entravant le déroulement d’une vie harmonieuse, apaisée. Elle peut contribuer à accompagner un deuil, régler un problème de stress, de dépendance, aider à se débarrasser de symptômes physiques gênants (le symptôme serait la solution trouvée par l’organisme face à un problème !), être un tremplin pour s’affirmer, réaliser ses rêves, libérer sa créativité… L’hypnose ne peut en aucun cas se substituer à un traitement médicamenteux ou un suivi médical.

Comment se passe une séance ?

Elle débute par un entretien permettant de cerner la demande du sujet. Le thérapeute choisit alors un ou des protocoles d’hypnose parmi les plus adaptés. En règle générale, assis face à l’hypnothérapeute, la personne est invitée à se relaxer par des suggestions (relâcher chaque partie du corps, visualiser un paysage apaisant, un visage aimé…). L’intervenant poursuit alors le travail d’approfondissement de la transe hypnotique pour amener le sujet à s’éloigner des pensées conscientes de façon à explorer son inconscient. Il oriente ses suggestions vers des solutions à la problématique posée. Lorsqu’il juge le temps d’exploration des ressources inconscientes suffisant, il suggère au sujet de revenir progressivement à l’état de pleine conscience. Enfin, le sujet est invité par le praticien à mettre des mots sur son ressenti. La séance peut aussi avoir lieu sous forme d’échange verbal : on parle alors d’hypnose conversationnelle. Le procédé est identique. L’inconscient est appelé à s’exprimer à partir des questions orientées de l’hypnothérapeute.

Combien de temps dure une séance ?

Environ une heure. Parfois, la séance peut durer un peu plus longtemps. S’il y a eu des séances précédemment, elle peut aussi être plus courte. L’important est le résultat obtenu. L’avantage de l’hypnose est de proposer des « thérapies » de courte durée. L’hypnose est un outil utilisé dans le secteur médical pour des anesthésies par exemple, comme dans le suivi en coaching d’entreprise pour améliorer les performances. Un simple outil mais quelle efficacité ! Et ce, quel que soit le domaine dans lequel il est employé. S’il est bien utilisé bien sûr.

A qui s’adresser afin de ne pas avoir affaire à un « charlatan » ?

Le plus efficace est le bouche-à-oreille. Les noms de thérapeutes ou de coachs de qualité se murmurent à l’oreille… Mieux vaut faire un essai avec une personne. Si celle-ci ne vous convient pas, n’insistez pas. Vous trouverez forcément quelqu’un qui vous correspond.

Quel est le tarif ?

Comptez en moyenne 75 €. Des prix dégressifs peuvent s’appliquer dans le cas de formules, de trois séances par exemple. La séance d’hypnose peut avoir lieu en visioconférence, à distance. Posez la question au praticien. Cela peut être une bonne solution si vous ne pouvez pas vous déplacer.

Je suis thérapeute en médecine traditionnelle chinoise et en hypnose ericksonnienne. Je me suis intéressée notamment à la psychologie de la médecine chinoise. Je pratique depuis plus de vingt ans les arts martiaux chinois. Après un long parcours psychanalytique et en développement personnel, j’ai mis au point, sur la base de la bienveillance et de l’empathie, des protocoles combinant des techniques d’hypnose « naturalistes » (en mouvement) et de Qi Gong/méditation (taoïste et par visualisation) en m’appuyant sur les fondements de la médecine chinoise et mon expérience.

N’hésitez pas à me poser des questions sur ma pratique au 06 81 52 17 61, ou par mail : patricia.labiano@gmail.com.

Je propose des séances en cabinet et à distance

http://www.letudiant.fr/trendy/bien-etre/

Petits maux de l’hiver : votre ordonnance verte

Par Patricia Labiano

Les plantes sont nos alliées pour prévenir et traiter en douceur les affections hivernales. Le docteur Jacques Labescat, phytothérapeute, auteur du guide pratique « En forme toute l’année grâce aux plantes* propose ses remèdes naturels de saison.

1/ Combattre la fatigue et booster les défenses immunitaires

. Faites une cure d’oligoéléments pour résister aux petites infections de l’hiver

Comment ? Trois cuillerées doses (Oligosol) de cuivre, or et argent, le matin pendant deux semaines. En pharmacie.
. Suivez une cure d’échinacée, antibiotique naturel, en prévention contre le rhume et la grippe.

Comment ? Une à deux cuillerées à café par jour pendant quinze jours. En suspension intégrale de plantes fraîches (SIPF). En pharmacie.

. Complétez en homéopathie par Chamomilla et Capsicum.

Comment ? Trois granules de Chamomilla 4 ch et trois de Capsicum 4ch, trois fois par jour pendant sept jours. En pharmacie.

. Dynamisez-vous avec le ginseng pour un véritable coup de fouet.

Comment ? Une gélule (Elusanes) matin et soir pendant quinze jours. En pharmacie.

Et aussi…

. Consommez des jus vitaminés : jus de carotte et d’acerola (vitamine C) à raison d’un verre dans la matinée. Au rayon bio.
2/ Lutter contre la déprime

Le manque de lumière, le froid conduisent à la dépression saisonnière.

. Concoctez une infusion stimulante à partir de plantes, fenouil, mélisse… Comment ? Une cuillerée à soupe par tasse d’un mélange de 30 g de fenouil, 25 g de mélisse, 25 g de, 15 g de houblon, 15 g de valériane, à consommer deux fois par jour. En herboristerie, magasin bio, en ligne (www.herboristerie.com, www.arcadie.fr , www.herboristerieduvalmont.com, …)

. Pensez aux oligoéléments, au lithium pour favoriser la détente

Comment ? Une ampoule (en oligosol) matin et soir. En pharmacie.

. Adoptez l’huile essentielle de citron (Citrus aurantium) pour vous donner du tonus

Comment ? Une goutte dans une cuillerée de miel le matin. Vous pouvez également ajouter une goutte de menthe poivrée. En pharmacie, parapharmacie, magasin bio.

. Renouez avec un sommeil de qualité pour retrouver le moral avec le millerpertuis.

Comment ? 10 g de cet anti-déprime en infusion dans 100 ml d’eau bouillante à raison d’une tasse une à deux fois par jour. Vous pouvez ajouter une cuillerée à café de valériane (en SIPF) une heure avant le coucher.

. Relaxez-vous avec un massage à la lavande.

Comment ? Une goutte d’huile essentielle de lavande mélangée à une ½ cuillère à café d’huile d’amande douce le soir au niveau du plexus solaire. Vérifiez que vous n’êtes pas allergique à la lavande au préalable, en appliquant 1 goutte sur la peau.

 

3/ En finir avec les rhumes

. Préparez une infusion de menthe et d’eucalyptus

Comment ? Une cuillerée à café par tasse d’un mélange à partir de 20 g de menthe poivrée, 20 g d’eucalyptus et 20 g d’ortie à raison de trois-quatre tasses par jour.

. Prenez des capsules de sureau, un antiviral

Comment ? Une capsule matin et soir pendant trois-quatre jours.

. Faites une infusion de thym, excellent pour les voies respiratoires.

Comment ? Une petite cuillerée de plante en vrac dans une tasse trois fois par jour. Pour la sinusite, ajoutez l’échinacée et la menthe poivrée : une cuillerée à soupe du mélange des trois plantes par tasse.

. N’oubliez pas l’incontournable eucalyptus.

Comment ? Une goutte d’huile essentielle d’eucalyptus, plus une goutte de romarin (« officinalis »), anti infectieux, dans une infusion ou une cuillerée à café de miel.

. Pensez aux efficaces probiotiques les « bonnes »  bactéries, en cas de fragilité intestinale.

Comment ? Une gélule de Maxi-Flore chaque matin pour éviter la gasto-entérite.

Et aussi…

Des jus vitaminés

. Au jus de carotte, ajoutez du jus de céleri aux vertus toniques.
4/ Calmer le mal de gorge

. Une infusion détonante peut suffire

Comment ? 20 g de bourgeons de sapin, 20 g d’érysimum, 20 g d’eucalyptus et 20 g de ronce à raison d’une cuillerée à soupe de ce mélange par tasse, trois fois par jour avec une cuillerée à soupe de miel d’acacia. En herboristerie, magasin bio, en ligne (www.herboristerie.com , www.arcadie.fr, www.herboristerieduvalmont.com …)

. Complétez par le gargarisme pour adoucir la sensation de brûlure

Comment ? Préparer une décoction de guimauve, de mauve et de ronce et plonger une cuillerée à soupe de ce mélange dans l’eau bouillante. Laissez infuser dix minutes, filtrez et servez dans une tasse, trois à quatre fois par jour.

 

5/ Réduire les douleurs articulaires

En hiver, lorsque le froid s’installe, les articulations s’engourdissent, la circulation peut moins bien s’effectuer.

. Munissez-vous d’oligoéléments

Comment ? Trois ampoules de granions de cuivre le matin pour lutter contre l’inflammation.

. Utilisez un anti inflammatoire naturel, l’harpagophytum.

Comment ? Une gélule (Elusanes) matin et soir pendant quinze jours, ou sous forme d’ampoules.

. Préparez une infusion de reine-des-prés, l’« aspirine verte »

Comment ? Une cuillerée à soupe d’un mélange de 30 g de reine des prés, 30 g de cassis, et 30 g de romarin par tasse, trois fois par jour.

. Retrouvez une souplesse articulaire grâce au massage

Comment ? Une goutte d’huile essentielle de camomille « noble » dans une demi-cuillerée d’huile d’amande douce en massage léger, matin et soir, pendant deux à trois semaines.

Quelques gouttes d’huile essentielle de lavande mélangées à un peu de gel douche dans un bain relaxant soulagent également les articulations.

. Activez la circulation avec le romarin et l’hélichryse

Comment ? Massez la partie douloureuse avec 5 ml d’huile essentielle d’hélichryse, 5 ml de romarin à camphre dans 50 ml d’huile de macadamia ou de calophyllum.

. Complétez avec de l’homéopathie

Comment ? Trois granules d‘Arnica 4 ch et trois granules de Rhus toxicodendron 4 ch trois fois par jour.

 

6/ Protéger la peau contre le froid

. Consommez en cas de peau sèche de la bardane

Comment ? Une gélule (Elusanes) matin et soir.

. Massez localement

Comment ?

Sur les zones irritées ou gerçures, passez une goutte d’huile essentielle de lavande vraie diluée dans dix gouttes d’huile d’amande douce pendant une à deux semaines.

Appliquez une couche généreuse de pommade au calendula deux fois par jour. En pharmacie.

 

Et aussi…

. Consommez au quotidien 1/2 jus de citron (bio) dans de l’eau tiède, de préférence au lever.

. Couchez-vous avant 23 h pour doper vos défenses immunitaires.

. Mettez-vous aux herbes aromatiques (ciboulette, coriandre, persil, menthe…) qui sont de bons stimulants naturels dans votre assiette.

. Augmentez vos rations de légumes verts et fruits de saison.

. Faites un minimum d’exercice, une demi-heure de marche par jour.
. Ne surchauffez pas chez vous. Réglez votre thermostat sur 18-19°, afin de préserver vos muqueuses respiratoires et vos veines.

 

*« En forme toute l’année grâce aux plantes », Ed. Ulmer, 2012, 160 P ; 16,90 €.

 

 

 

Biographie Ancienne élève de la YMAA (Yang Martial Art Association) fondée par le Dr Yang Jwing Ming, connu pour ses nombreux ouvrages sur l’énergie, le Qi Gong, le Taiji quan et le Kung Fu, je pra…

Source : Qui suis-je ?

 

Du soleil dans votre assiette

Par Patricia Labiano

Fruits et légumes de saison se prêtent à une cuisine savoureuse contribuant aux bienfaits de l’été et renforçant les défenses immunitaires pour affronter l’hiver.

Les conseils de Véronique Liégeois, diététicienne.

Quels sont les bénéfices des légumes et fruits de l’automne : chou, courge, potiron, champignons, noix, châtaignes, poires… ?

Les courges et potirons sont pauvres en calories. Il ne faut pas hésiter à essayer les différentes sortes de courges, pâtisson, butternut… Elles se cuisinent facilement (purées, soupes…). Les légumes de couleur orange sont riches en carotène et sont antioxydants. Il prolongent la bonne mine estivale. Ils aident à lutter contre le vieillissement. Ils contiennent aussi des fibres très bien tolérées et qui équilibrent le transit intestinal. Les champignons, également légers en calories, sont riches en minéraux (zinc, sélénium). De plus, ils contiennent de la vitamine D, bénéfique pour les os, que l’on trouve notamment dans le beurre, le lait, le poisson. Les différentes variétés de choux (verts, choux fleurs, brocolis) sont à consommer deux fois par semaine. Ces aliments économes en calories mais à haute teneur en soufre, sont reconnus efficaces dans la prévention des cancers. Le brocolis est riche en antioxydants et contient de la vitamine C. Cuit à la vapeur dix minutes, il conserve parfaitement ses vertus nutritionnelles. Pour entrer dans l‘hiver, la vitamine C va être une alliée efficace, un bouclier contre les infections. On en trouve dans les clémentines, fruits de saison à privilégier avec les noix riches en acides gras et oméga 3. Leur atout : nous protéger des problèmes cardiovasculaires. Les châtaignes et marrons, eux, sont source de glucides et de minéraux (potassium, calcium). Même en bocal ou surgelés, ils sont reminéralisants lorsqu’on fait du sport, de la randonnée.

Quels autres aliments privilégier pour rester en forme et vaincre la fatigue de la rentrée ?

Pour lutter contre la fatigue, une alimentation équilibrée, riche en oligoéléments et en vitamines est indispensable. Beaucoup de personnes sont carencées en magnésium qui est aussi un antistress, améliore le sommeil. On le trouve dans les céréales complètes et les légumes secs. Il faut donc veiller à consommer du riz complet, du quinoa, des lentilles, pois chiches, des haricots blancs… Les légumineuses permettent de faire le plein de protéines végétales. Elles compensent une faible consommation de viande. Elles sont aussi riches en fibres et en calcium.

La vitamine C se trouve dans les choux blancs et rouges et dans les agrumes (oranges, clémentines , citrons…). Les produits laitiers, en quantité raisonnable apportent du calcium et de la vitamine D. Privilégiez les fromages blancs, peu salés (chèvre frais).

Et la vitamine D ?

80 % de la population en manque en hiver… En plus de favoriser l’assimilation du calcium, elle joue un rôle dans les défenses immunitaires et la prévention des cancers. Pour avoir votre quota, faites appel aux poissons gras riches en vitamine D (sardines, harengs, maquereaux, thon…). Ils contiennent des oméga 3, Les œufs contiennent des oméga 6 et 9 des vitamines A, E, B2, B45, B8 et B9. En plus du fer, et des oligoéléments comme l’iode, le sélénium, le phosphore…

Faut-il limiter les fruits qui contiennent du sucre ?

N’hésitez pas à faire des compotées de pommes et de poires, fruits de saison, source de fibres et régulateurs de la glycémie et du cholestérol. La châtaigne possède des qualités nutritionnelles remarquables : des glucides sous forme d’amidon pour l’énergie, des fibres pour le transit, du potassium et du magnésium pour l’équilibre physique et psychique. La noix est source d’oméga 3.

Eviter la viande ?

La viande est riche en fer et plus particulièrement le bœuf, l’agneau, le mouton. Elle contient également du zinc et du sélénium, des antioxydants puissants. Evitez les dîners riches en protéines animales…

L’automne est le printemps de l’hiver, disait Toulouse-Lautrec. Dans nos régions, c’est une importante saison de cueillette et de récolte, puis de labour. Profitez-en !

 

La diététique de la médecine chinoise

Dans la théorie des cinq éléments, l’automne, saison intermédiaire, correspond au poumon et à la saveur piquante et un peu amère (c’est la période de l’été « indien »  et la saveur amère correspond à l’été). Consommez de préférence des aliments tonifiants de nature chaude ou tiède afin de réchauffer le corps et faire circuler l’énergie. Il s’agit de la faire redescendre après la période d’expansion, d’ascension de l’été. Adoptez au menu le gingembre,  le poivre, la ciboulette, l’oignon, l’ail, le fenouil, le radis rouge et noir, le chou, le poireau, la courge, les champignons, poires, châtaignes, noix, amandes, le poisson, les crevettes, le poulet, l’avoine… Un bon apport nutritionnel avec des aliments de saison contribue à éviter rhumes, grippes, bronchites… Le mode de cuisson conseillé ? La cuisson à la vapeur, à l’étouffée, poché, blanchi…

Les aliments qui donnent la pêche

Vitamines, minéraux, acides aminés… sont présents dans certains aliments qui vous aideront à traverser l’hiver avec le sourire.

. Les minéraux

Le magnésium aide à lutter contre le stress, a un effet apaisant. Il favorise l’influx nerveux (entre les cellules nerveuses et cérébrales).

Où les trouver ?

Dans les fruits de mer, les légumes verts, secs, le chocolat noir (70 % de cacao minimum), les graines de tournesol, de sésame, les amandes, noix, noisettes, les céréales semi-complètes…

. Les vitamines

La vitamine C est la compagne des mois les plus gris. Elle renforce votre résistance aux microbes et virus et stimule aussi la fonction cérébrale. Les vitamines B6, B9 et B 12 agissent au niveau du système nerveux, cérébral, favorisent la communication entre les neurones. Elles contribuent à la production de dopamine, hormone du plaisir.

Où les trouver ?

Pour la vitamine B6, dans les produits laitiers, le saumon, le foie, les lentilles et haricots, le jambon, la volaille… On trouve la vitamine B9 dans le foie de volaille, le germe de blé, le jaune d’œuf, le cresson, les noix, épinards… La vitamine B12 est présente dans le poisson, la viande, les œufs, les brocolis, les amandes, les châtaignes, les pois chiches…

. Les acides aminés

Ils sont essentiels pour lutter contre l’état dépressif. La tyrosine et la phénylalanine sont précurseurs de dopamine, hormone du plaisir. Et le tryptophane participe à la production de la sérotonine, hormone de la bonne humeur.

Où les trouver ?

Le tryptophane est présent dans la morue salée, le persil, le soja, le veau, les graines de tournesol, les flocons d’avoine… A associer aux glucides qui favorisent son assimilation. On les trouve dans les céréales (blé, avoine, riz), légumes secs, pomme de terre, fruits, sucre (en quantité raisonnable), notre carburant pour garder moral et énergie !

Les amandes, les avocats, les bananes, les produits laitiers, les asperges, carottes, épinards… contiennent de la tyrosine et de la phénylalanine.

. Les Omega 3

Un sommeil réparateur est indispensable pour rester jovial ! Les Oméga 3 activent la sécrétion de mélatonine, hormone régulatrice du sommeil et aident à lutter contre la dépression saisonnière.

Où les trouver ?

Dans les poissons gras (thon, saumon, anchois, hareng).

Une assiette variée et attirante

Respectez un équilibre alimentaire

« Pour être en bonne santé, bien couvrir ses besoins nutritionnels est primordial. En hiver, il est plus que jamais nécessaire d’avoir son quota de vitamines et d’anti oxydants. C’est aussi l’occasion de mijoter de bons petits plats de saison. Enfin, il est essentiel de se faire plaisir … dans les limites du raisonnable.

Pour laisser derrière vous la déprime hivernale, il faut à la fois réjouir vos papilles et diversifier votre alimentation. « La vue crée l’émotion, le goût suscite le plaisir, l’odorat conforte la mémoire des souvenirs agréables », estime le Dr Jean-Marie Bourré, auteur de « La diététique du cerveau », spécialiste de la chimie du cerveau et de son rapport avec l’alimentation. Et si la diététique de l’hiver passait tout simplement par des menus variés composés d’un festival de produits de saison qui comblent vos papilles  !

Les huit réflexes de l’hiver

. Le matin, mangez varié (riz, sarrazin, avoine, müesli avec amandes, noisettes, du miel riche en minéraux et vitamines…

. En cas de petite faim à 11 h, grignotez clémentines ou kiwi, riches en vitamine C.

. A midi, composez une assiette colorée, équilibrée : plus c’est beau, plus c’est bon. Ne zappez pas l’entrée, ni, si vous avez encore faim, un dessert léger.

. Vers 16-17 h, ne vous privez pas d’en-cas (un fruit, une poignée d’amandes ou de noix).

. Le soir, privilégiez poissons gras, pâtes, riz, pommes de terre, maïs, compote…

. En infusion et dans vos plats, utilisez les vertus apaisantes des plantes aromatiques (lavande, mélisse, tilleul, verveine) et les épices (basilic, aneth, marjolaine…).

. Consommez quotidiennement des huiles végétales (olive, tournesol, lin, noix…) riches en vitamines.

. Panachez eau du robinet et eaux minérales, riches en minéraux, notamment en magnésium.

 

 

 LE FOIE ET L’ENERGIE DU PRINTEMPS

Dans la théorie des cinq éléments, le printemps correspond à l’organe Foie et au Bois.

Son mouvement est ascendant, expansif… Comme les branches de l’arbre qui se tendent vers le Ciel ! La sève de l’arbre nourrit les feuilles comme le sang, aspect Yin du F, nourrit l’homme (le Foie stocke le sang). Un bois trop sec casse, un bois trop humide gonfle et se déforme… Veillons, grâce à la médecine chinoise, à tonifier notre énergie et à bien nourrir notre sang. Nourrir le sang éteint le Vent interne qui nous guette au printemps ! Faisons du Qi Gong pour soumettre l’énergie ascendante excessive du Foie,  tonifier le Rein, sa mère dans les Cinq Eléments. Ancrons-nous davantage pour prévenir les débordements de l’énergie du Foie !

Le Vent correspond au Foie. Les yeux, la vue lui sont rattachés. Préservons nous du vent froid ou chaud afin d’éviter les pathologies liées à l’organe Foie.

Ses émotions positives sont la créativité, le désir d’avancer, d’évoluer avec audace, la joie de vivre, l’ouverture aux autres, l’élan vers le monde et la vie…

Le Foie assure la libre circulation du Sang et du Qi, concerne les sentiments (émotions ou « passions »).

Ses émotions négatives sont la colère, l’impatience, l’impulsivité, la dépression, la stagnation

La colère : « Nu » ayant un rapport d’influence avec le foie « Gan »

La joie : « Xi » ayant un rapport d’influence avec le coeur « Xin »

Le souci : « Si » ayant un rapport d’influence avec la rate « Pi »

La tristesse : « Bei » ayant un rapport d’influence avec les poumons « Fei »

Les cinq passions pouvant évoluer en sept états pathologiques.

En pratique, la vie émotionnelle n’est qu’un brassage des unes et des autres.

La colère fait monter le Qi.

Emanation de l’énergie vitale dans sa forme combative, la juste colère prend ses racines dans le Coeur et le Foie. Elle exprime la désapprobation pour un fait, un acte, une parole etc. dont il suppose basée sur une injustice. Cette forme de colère est normale, physiologique, nécessaire même lorsqu’elle est judicieuse, bien vécue et bien contrôlée, lorsqu’elle ne devient pas une façon systématique de réagir.

Elle nourrit le Qi du Foie qui lui-même favorise les multiples fonctions de cet organe.

Et puis il y a les formes pathologiques de colère :

La colère inopportune, celle qui provoque des remords, un sentiment morbide de culpabilité. Celle-là est nocive et peut engendrer de l’angoisse. Elle blesse le Qi du Foie et le Qi du Coeur.

La colère excessive, accompagnée parfois de violences verbales et de gestes violents et qui, même si elle est née sur un motif légitime, peut devenir une colère dangereuse pour l’individu et pour autrui. Ce type de colère affecte l’essence rénale, bloque le Qi du Foie, fait monter l’énergie Yang du F, soulève le vent interne, noue le Qi de la Rate, affaiblit le Qi du Poumon et du Coeur, provoque un épuisement du Yin du Rein, du Foie et du Coeur, pouvant se cumuler avec les effets précédents.

La colère pathologique engendre des effets immédiats sur l’organisme. Le mouvement ascendant du Foie est de type vent, dont les caractéristiques sont : apparition brutale, inconstance, déroulement imprévisible, pouvoir déstructurant, désorganisant et dispersant.

Le Yang Qi ainsi produit, hyperactif, produit le vent qui alimente le Feu.

Le Vent désorganise, déstructure, le Feu détruit, consomme, provoque la stagnation par évaporation, puis le blocage.

Les effets d’une colère pathologique sur le corps sont :

. Troubles de la libre circulation de l’énergie de l’organisme car c’est le Foie qui doit normalement assurer la fluidité du débit de Qi produit initialement par la Rate : fatigue, hépatite, crampes, etc.

. Troubles de la régulation et de la qualité du sang car le Foie est un organe qui stocke le sang lorsque le corps est au repos, le filtre, régule le débit en fonction des besoins ponctuels de l’organisme : anémie, vide de sang, crampes, vertiges, hypotension ou hypertension, maladies du sang. Fragilité et douleurs des tendons et des ligaments, Troubles oculaires, troubles menstruels, troubles sexuels ou de la reproduction

Troubles digestifs, vomissements ou diarrhées Troubles de la sécrétion biliaire : dysphagie, colites, accumulation d’aliments mal digérés, Troubles du rythme cardiaque, accidents cardio-vasculaires Respiratoires : asthme, céphalées, gorge nouée (syndrome du noyau de prune), troubles thyroïdiens, éruptions cutanées, vertiges, insomnie abattement. difficultés de concentration, pathologies du sein et de l’utérus Cancers, psoriasis, accidents vasculaires cérébraux, hypertension sévère, maladie de Parkinson, épilepsie.

Pathologies du Foie :

  • Vide de sang du Foie > nourrir le sang du Foie
  • Stagnation du Qi du F > principe de traitement = faire circuler le Qi du Foie
  • Montée de Yang du Foie > principe de traitement = soumettre le Yang du Foie
  • Feu du Foie > principe de traitement = éteindre le Feu du Foie.

Au printemps, l’énergie croît progressivement. Il faut accompagner ce mouvement. En matière d’alimentation, équilibrez les saveurs, favorisez la saveur douce, tonifiante ; évitez l’excès de piquant, bénéfique au Poumon mais qui, en excès, disperse l’énergie, trop d’acidité, saveur correspondant au Foie, astringente, qui « retient » dans le corps.

Recette du printemps

Faites infuser du thé vert, quelques chrysanthèmes séchés et des baies de goji (Gou Qi Zi) pour clarifier la chaleur des yeux, lutter contre les allergies saisonnières.

Qi Gong

  1. Tonifier le Qi, nourrir le sang et faire circuler le Qi et le sang
  2. Faire descendre le Yang du Foie et tonifier le Rein, mère du Foie dans les Cinq éléments

3/ Eteindre le feu du Foie et calmer le Shen (l’Esprit dont le logis est le Cœur)

Je vous souhaite un joyeux printemps !

 

 

 

 

 


 

Patricia Labiano, 112-114 rue Saint-Maur, espace dédié au bien-être, à la médecine traditionnelle chinoise, au Qi gong, Taiji quan, hypnose éricksonnienne.

Agenda

. Prochain stage Qi Gong Taiji quan à Léon et Moliets (Landes), du vendredi 1er mai au dimanche 3 mai de 10h15 jusqu’à 12h30. Méditation guidée de 18h15 à 19h. Ouvert à tous niveaux.

. Retraite à Essaouira (Maroc) du 17 au 21 octobre 2020. Au programme Qi Gong/Taiji quan, méditation. Ouvert à tous niveaux.

 

Photo Shanghaï : Madeleine Cambounet

Biographie

Ancienne élève de la YMAA (Yang Martial Art Association) fondée par le Dr Yang Jwing Ming, connu pour ses nombreux ouvrages sur l’énergie, le Qi Gong, le Taiji Quan et le Kung Fu traditionnel, je pratique les arts martiaux chinois internes et externes depuis quinze ans. J’ai suivi une formation complète dispensée en France par Victor Marques, directeur de la YMAA France et effectué des stages avec le Dr Yang Jwing Ming et dans le cadre de la Ymaa Portugal.

Je pratique toujours le Taiji Quan, notamment avec Pascal Plée (Académie Pascal Plée, Paris Vème).

Je pratique principalement les arts internes : Taiji quan (séquence, poussées de mains – Tui Shou), applications martiales (San Shou), maniement de la sphère (Qiu), et les arts énergétiques (Qi Gong) mais je me suis formée également en Kung Fu (style Long Poing – Chang Quan – et Grue Blanche – Bai He Quan) et au maniement des armes : bâton long (Gun), épée lame droite (Jian) et sabre (Dao). J’ai été pendant trois ans, de 2008 à 2011, responsable de plusieurs créneaux horaires au sein de l’école YMAA Paris en Qi Gong et Taiji Quan dont un cours de Taiji pour enfant (à partir de 4 ans) pour lequel j’ai développé une pédagogie spécifique et mis en place un cours interactif parent-enfant.

J’ai animé plusieurs cours de Qi Gong et Taiji Quan à l’Aamtc (Académie des arts martiaux traditionnels chinois), 66 rue Pelleport, Paris 20ème en 2011-2012.

Je donne actuellement des cours, à la demande, 112-114 rue Saint Maur, 75 011 PARIS.

J’anime également des stages de Qi gong et Taiji Quan dans les Landes et au Maroc afin de favoriser la pratique, dans un environnement naturel, et l’immersion dans la culture locale et le partage culturel et sportif avec la population (hébergement chez l’habitant, ouverture du stage aux résidents locaux).

J’ai créé en 2013 l’Association Pour les Arts Martiaux Chinois (APAMC) afin de transmettre les arts traditionnels chinois à différents publics, en lien avec les principes de la médecine traditionnelle chinoise.

Titulaire du Certificat de qualification professionnelle (CQP), diplôme d’Etat reconnu par le Ministère de la Jeunesse et des Sports, je suis animateur sportif en Qi Gong et Taiji Quan, affilié en tant que cadre technique à la Fédération Sport Pour Tous (EPMM) dont je véhicule les valeurs.

Titulaire d’un diplôme en acupuncture, médecine manuelle (ostéopathie chinoise) et en pharmacopée délivré par l’IMTC (Institut de médecine traditionnelle chinoise), j’ai suivi un cursus de cinq ans à l’IMTC, école dont le diplôme est validé par l’Université de Shanghaï, puis des spécialisations dans différents domaines de la médecine chinoise (ostéopathie et phytothérapie chinoise).

Je suis enseignante à l’IMTC.

J’ai suivi des stages dans différents hôpitaux et des cours à l’université de Shanghaï en août 2012 (formation « Type 4 », acupuncture et médecine manuelle) et en octobre 2014 (formation « Type 5 », pharmacopée et médecine manuelle), afin d’obtenir ce diplôme certifié par l’université de Shanghaï.

.J’ai reçu une formation en deux ans en Anatomie Physiologie (APSO) organisée par l’UFPMTC, afin d’obtenir les connaissances médicales de base. Cette formation prépare au diplôme national de médecine traditionnelle chinoise mis en place, en vue de la reconnaissance de la profession, pour distinguer les professionnels qualifiés ayant été solidement formés.

J’ai suivi un cursus en pédiatrie sino-japonaise (CFTMC).

J’ai reçu l’enseignement de Christophe Andreau en sinoncologie (cursus de trois ans portant sur l’étiologie et les principes de traitement en acupuncture et pharmacopée des différents cancers).

Je suis également Maître praticien en Hypnose ericksonnienne (certification BEE Institut).

Je reçois sur rendez-vous en consultation de médecine chinoise (bilan énergétique, acupuncture, auriculothérapie, ostéopathie chinoise, massage Tui Na, phytothérapie, diététique chinoise, amincissement, lifting naturel, Qi Gong) 112-114 rue Saint-Maur, Paris 11. Je propose également des séances d’hypnose en cabinet ou à distance.

Je suis membre du Siattec (Syndicat indépendant des Acupuncteurs Traditionnels et des Thérapeutes en Énergétique Chinoise).

Je suis l‘auteur de guides pratiques dont « La psychologie de l’Etudiante » (Ed. L’Etudiant, http://www.letudiant.fr/trendy/bien-etre/), manuel de bien-être à l’usage des jeunes femmes et « Comment j’ai survécu à la peste et au choléra », manuel de survie en temps de pandémie, basé sur les bonnes pratiques énergétiques chinoises et mon expérience en développement personnel.

Je suis joignable au :

P. 06 81 52 17 61

E.mail : patricia.labiano@gmail.com

Articles et pages les plus consultés